Les charbons de bois de Notre-Dame : des thermomètres de l’incendie !

Les charbons de bois de Notre-Dame : des thermomètres de l’incendie !

Damien Deldicque et Jean-Noël Rouzaud montrent, dans un nouvel article, comment ils ont déterminé les températures atteintes à Notre-Dame pendant l’incendie du 15 avril 2019, à différents endroits stratégiques du bâtiment.

Grâce à une méthode originale de paléothermométrie Raman développée au Laboratoire de Géologie, ils ont pu infirmer l’hypothèse de la vaporisation du plomb de la flêche, mais cartographier les points de probable fragilisation de la structure.

En savoir plus
Temperatures reached by the roof structure of Notre-Dame de Paris in the fire of April 15th 2019 determined by Raman paleothermometry
Damien Deldicque & Jean-Noël Rouzaud
Comptes Rendus. Géoscience, Tome 352 (2020) no. 1, pp. 7-18

À lire aussi, sur le site de l’ENS : Faire parler les charbons de bois témoins de l’incendie de Notre-Dame
À lire aussi, sur le site de l’INSU : Les charbons de bois de Notre-Dame : des thermomètres de l’incendie

Méthode
Lors de la carbonisation du bois, entre 400°C et 1300°C, les molécules organiques deviennent aromatiques et la taille des couches polyaromatiques ainsi formées augmente significativement avec la température (jusqu’à quelques nanomètres). La spectrométrie Raman est extrêmement sensible à ces variations. En particulier, le rapport des hauteurs (HD/HG) de la bande D (à 1350 cm-1) sur la bande G (à 1581 cm-1) augmente de façon monotone et irréversible avec la température de carbonisation (Deldicque et al., 2016 ; Rouzaud et al., 2015). Une courbe d’étalonnage a été construite à partir de la carbonisation entre 500 et 1300°C de morceaux de chêne non brûlés provenant de la cathédrale.

Autres références
Deldicque, D., Rouzaud, J.N., Velde, B., 2016. A Raman – HRTEM study of the carbonization of wood: A new Raman-based paleothermometer dedicated to archaeometry. Carbon 102, 319–329.
Rouzaud, J.N., Deldicque, D., Charon, E., Pageot, J., 2015. Carbons at the heart of questions on energy and environment: A nanostructural approach. Comptes Rendus Geoscience 347(3), 124-133.