Vers plus d’acidification pour l’océan Arctique

Vers plus d’acidification pour l’océan Arctique

Jens Terhaar*, Lester Kwiatkowski* et Laurent Bopp* montrent dans Nature que l’océan Arctique pourrait absorber d’ici la fin du siècle 12% de CO2 de plus que prévu jusqu’à maintenant, ce qui conduirait à une plus grande acidification, en particulier entre 200 et 1 000 mètres de profondeur, zones de vie importantes pour de nombreux organismes marins.

Grâce à une « analyse par contrainte émergente », les chercheurs mettent en évidence une relation entre la densité des eaux de surface de l’Arctique et son acidification future : les modèles simulant une densité des eaux de surface importante – et plus proche de la réalité – conduisent à une formation plus intense des eaux profondes, un transport plus élevé du CO2 vers les profondeurs et une acidification accrue.

En savoir plus
Emergent constraint on Arctic Ocean acidification in the twenty-first century
Jens Terhaar, Lester Kwiatkowski & Laurent Bopp
Nature volume 582, pages 379–383 (2020)

À lire aussi, sur le site de l’ENS : Un risque accru pour les écosystèmes de l’océan Arctique en raison d’une acidification plus sévère que prévue
À lire aussi, sur le site de l’INSU : Une acidification de l’océan Arctique plus importante que prévu

* Aujourd’hui en post-doctorat à l’Université de Bern, Jens Terhaar a soutenu sa thèse l’année dernière au LMD/IPSL
Ancien post-doctorant au LMD/IPSL, Lester Kwiatkowski est Chargé de Recherche CNRS au LOCEAN/IPSL
Directeur de Recherche CNRS au LMD/IPSL, Laurent Bopp est professeur attaché à l’ENS et directeur du département de Géosciences